L’Ormeau des Arts 

Vous adorez le BanH-Hoi, le restaurant asiatique chic de Saint-Tropez, une véritable institution (depuis 33 ans !). Mais saviez-vous qu’Hervé et Nia avaient ouvert, début juillet, une galerie d’art à quelques pas de leur terrasse raffinée, cultivant un peu plus l’esprit artistique et authentique de ce charmant quartier Bohème lové entre la Ponche et le clocher de l’église… ?

La place de l’Ormeau est leur antre feutré. Leur coin de paradis. Et cela encore un peu plus depuis qu’ils ont réalisé un de leurs rêves. Celui d’ouvrir leur « fenêtre artistique sur la Place de l’Ormeau » explique Hervé Larribe amoureux du beau depuis toujours et notamment du style de Bernard Buffet qui habitait près de son restaurant à l’époque de la Dolce Vità tropézienne. Dans leur petit espace de 30 mètres carrés, ces passionnés d’Art Moderne et Contemporain, ont sélectionné leurs artistes coups de cœur : des inédits de CÉSAR qui ont été pratiquement tous vendus, une accumulation d’ARMAN des dessins et des huiles de PICABIA dont une vue de Saint-Tropez, des œuvres de MANUELLE BERNARDI et des pièces uniques du sculpteur NICOLAS LEFEBVRE inspiré par les Arts premiers. Une sélection pointue à découvrir jusqu’à début octobre, avant la réouverture à la saison prochaine (avril 2019).

Les Déesses Mères de Nicolas Lefebvre

Une allure de Jesus Pop et solaire, cheveux longs, barbe, une démarche nonchalante pieds nus sur les pavés de Saint-Tropez. Une façon sans doute de s’ancrer davantage à la planète terre qu’il a parcouru, dès son plus jeune âge avec soif de connaissance et désir de partage. Une présence magnétique, des sculptures saisissantes qu’il nomme ses « Déesses Mères » sublimées par le feu du sacré… Un authentique amour pour la presqu’île de Saint-Tropez… Mais qui es-tu Nicolas Lefebvre ?

Qu’est ce qui t’inspire Nicolas ?

Avant tout, la Déesse Mère. La perte de ma maman, a déclenché chez moi une nécessité vitale intérieure, à la source de mon processus de création autour de la sculpture et des installations… Ainsi sont nés mes dialogues d’objets, de matières, de cultures et d’époques… Avec un intérêt pour les Arts Premiers…

Quels sont tes matériaux de prédilection ?

Le bois, les coquillages, la pâte de verre, les plumes… Je sélectionne des objets, achetés en salle des ventes, sur les marchés, je chine dans les brocantes je ramène des petits trésors de voyages… pour créer des pièces totalement uniques…


D’où viens ton attachement pour Saint-Tropez ?

De l’enfance, des beaux souvenirs dans la maison de famille de Beauvallon (NDLR à Grimaud) achetée par mes grands-parents dans les années 50… Lorsque ma maman est tombée malade il y a une quinzaine d’années, elle a quitté Paris pour s’installer dans ce petit paradis où je l’ai rejoint… A cette époque j’ai ouvert une première galerie place de l’Ormeau où j’ai créé pendant deux ans. J’étais tellement heureux ! Je suis remonté ensuite dans la capitale où j’ai ouvert mon atelier tout en gardant des liens très forts avec Saint-Tropez et ses habitants.

Tu es également un artiste engagé en faveur de la protection de la planète…

Oui totalement… De nombreuses causes me tiennent à cœur notamment celles de mes amis Patrice de Colmont, Pierre Rahbi et Paul Watson…

NDLR : en 2015, à l’occasion de la Journée des Défis du Club 55, au cœur des Voiles de Saint-Tropez et à la demande de Patrice de Colmont, Nicolas avait réalisé Le collier de Poséidon, un gigantesque totem en hommage à la terre et à la mer… Il travaille actuellement sur d’autres projets dans la même philosophie de bienveillance à l’égard de la Nature et des Hommes, dans « un dialogue de paix à l’utopisme assumé. »




5, Place de l’Ormeau 83990 Saint-Tropez
mobile : +33 (0)6 15 05 18 04
galerie : +33 (0)9 54 87 21 68
www.ormeaudesarts.com

www.nicolaslefebvre.fr
Insta : nicolaslefebvre.artist